Provence

Mairie Arles : 04 90 49 37 33

Office tourisme : 04 90 18 41 20

Poste : 04 90 18 41 15

Français / English

Arles

Les portes de la Camargue

Arles et ses arènesArles est bâtie sur le delta du Rhône et constitue donc la porte de la Camargue. La ville initiale construite sur un rocher dominant la rive gauche du Grand Rhône s'est développée ensuite à l'ouest puis au Sud et au Nord. La présence de marais à l'Est a limité son développement dans cette direction. La ville d'Arles est fortement marquée par la présence du Rhône qui coupe la ville en deux et qui reste encore même de nos jours, une menace lors des crues.

Tout en subissant de nombreux plans d'urbanisme, de l'antiquité à l'époque contemporaine, le centre ville d'Arles, fixé géographiquement dès la fin du XIIe siècle, a su conserver une richesse patrimoniale qui en fait un des lieux touristiques les plus fréquentés de Provence.

Arles, en CamargueLes quartiers périphériques de la cité plus récents, hormis celui de Trinquetaille, reflètent les aménagements entrepris aux XIXe et XXe siècles et les transformations sociales en Arles.
L’ancien quartier de la Cité, situé au centre de la ville, est le centre politique et religieux de la cité depuis l’Antiquité. Cette dénomination, d’origine médiévale, est désormais rarement utilisée; on l'appelle maintenant quartier de l'hôtel de ville en référence à l’un de ses édifices les plus connus.

La Camargue arlésienne, terre deltaïque, dépend administrativement du canton ouest de l'arrondissement d'Arles. Elle s'étend environ sur 40.000 hectares du nord au sud-est du delta du Rhône et sur la rive gauche du Grand-Rhône. Elle comprend les villages de Gimeaux, Saliers, Albaron, Le Paty, Gageron, Mas-Thibert, le Sambuc et Salin-de-Giraud.
Véritable île, seuls cinq ponts et un bac la relient au Languedoc et au reste de la Provence : le pont de Saint-Gilles, les deux ponts de Fourques et les deux ponts d'Arles au nord, et le bac de Barcarin au sud.
Pendant longtemps, de l'époque grecque au XVIIIe siècle, les arlésiens y construisent des tours pour contrôler le commerce et les navires remontant les bras du Rhône.

A noter enfin les Rencontres photographiques d'Arles : Depuis 1968, ce festival de photographie, créé par le photographe Lucien Clergue et l'écrivain Michel Tournier, se tient chaque année à Arles au mois de juillet.

Bien entendu, on ne peut évoquer Arles sans se souvenir de L'Arlésienne. C'est à l'origine une nouvelle d'Alphonse Daudet, extraite des Lettres de mon moulin, mais aussi une pièce de théâtre pour laquelle il demanda à Georges Bizet de composer une musique de scène (1872). Cette nouvelle est à l'origine de l'expression "l'Arlésienne". En effet, le personnage de l'Arlésienne est le centre de l'intrigue, cependant, elle n'y apparaît jamais directement. On appelle donc "l'Arlésienne" une chose dont on se préoccupe beaucoup, mais qui n'apparaît jamais.

Photographies de Arles

Arles Rénovation des arènes Une petite rue commerçante dans Arles Face aux arènes Les volets bleus Touristes aux arènes Porte principale Le vieil Arles La chambre de Vincent Van Gogh

Fondation Vincent Van Gogh

Oeuvre de Botero, en hommage à Van GoghCréée en 1983, la Fondation a pour vocation de réaliser le désir souvent exprimé par Vincent van Gogh dans sa correspondance avec son Frère Théo souhaitant créer à Arles une "Maison des artistes" offrant une activité culturelle permanente.

Chaque été, une exposition est consacrée à un nouvel artiste dont une partie de l'oeuvre se situe dans la lignée de leur aîné. Grâce au dynamisme de ses actions multiples, la Fondation contribue au rayonnement international d'Arles lié au souvenir d'un artiste d'exception.

Le site de la fondation : http://www.fondation-vincentvangogh-arles.org/

Autour d'Arles

Camargue - Saintes Maries de la Mer - Grau du Roi - Marseille - Aix en Provence - Tarascon - Salon de Provence - Saint Rémy de Provence - Aigues Mortes - Beaucaire - Fontvieille - Maussane les Alpilles - Baux de Provence - Alpilles - Alphonse Daudet - Paradou

Autres villes de Provence